League Goneblin – Saison 1 : épisode 2

Hello à vous amis du Goneblin, et à vous aussi, curieux qui passaient par là !

Voici le résumé de cette soirée du vendredi 8 Novembre ! Nous fûmes 5 joueurs pour cette deuxième soirée de league EDH.
Nous accueillîmes ce soir un nouveau venu, fraîchement arrivé dans Magic en le cousin Kyubito, Flavio. Le ventre repus (par une majorité de Burger salivants !), nous lançâmes deux tables pour une première partie d’échauffement fun (et digestive pour les plus gourmands !).

D’un côté, deux decks pré-construits avec Kyubito qui était aux commandes d’Inalla, Archmage Ritualist et Kadena, Slinking Sorcerer pour Flavio.
De l’autre avec les habitués du Fight Club (oui pour les cinéphiles, j’enfrain les deux premières règles ! pour les autres si curieux, le lien de règles tout en bas de l’article) nous avions d’un côté du ring Mugen sur le dos de son dragon Prossh, un Maxou d’humeur féerique avec Alela et Spades qui demandait son avenir à la shamane du coin Meren.

N’ayant pas été sur la table 1, je ne pourrais vous en dire uniquement que l’échauffement était bienvenu pour que Kyubito continue d’initier Flavio à Magic ainsi qu’à son deck “Mue”, avant de rentrer dans une mêlée plus chaotique comme on les aime au Goneblin !
Côté table 2, malgré un Sol Ring T1, Spades avec son deck Meren peu réveillé se fit souffler, littéralement, par des crachats de flammes fétides sorties de la gueule du non moins sensuel Prossh, guidé par les encouragements de son maître Mugen au sol, qui disputait une partie de dés avec ses copains Kobold spectateurs. Mais ce fût les fées qui eurent raison de la puissance destructrice et pestilentielle du deck Jund, tirant petit à petit les épingles de son jeu en buffant d’artefacts équipements son commandant aux petites ailes, qui terrassa le dragon légendaire d’un coup de Sword of Feast and Famine ! Il y en a à qui un burger suffit, et il y a les autres où il faut un steak de dragon !
Le temps de croquer dans quelques victuailles pour les gourmands et de finir un petit cidre, nos deux magiciens de la plus petite table nous rejoignirent, pour le meilleur comme pour le pire.

Rebelles que nous sommes au Goneblin, nous enfreignirent donc les règles
4 et 6 du Fight Club, au profit de la 5° : un combat à la fois ! et de la 8° pour le coup avec les débuts au Club de Flavio !
Les choses sérieuses allaient commencer. La League Commandeur N°2 du Goneblin était sur le point de débuter, et qui retrouvions nous là pour nous jouer un mauvais tour ? La Team Rocket ? Bien pire encore !
Maxou ! Avec son Nekusar, grand gagnant de la première soirée de league, qui avait laissé assoiffés de vengeance les cadavres de ses adversaires, momifiés par les sorts de son magicien zombie ! Parce que les fées c’est sympa et mignon, mais le Maxou, son âme on le sait tous, il l’a vendue aux ténébreuses couleurs du Grixis ! Les autres gardèrent les mêmes decks qu’à l’échauffement.

Un Mulligan par ci, deux trois par là, nous étions fin prêt.
Au top départ du tour un, Meren déverse déjà une main comme on les aime avec un  Sol Ring doublé d’un Skullclamp. Et oui, ils sont comme ça des fois les Golgari, quand ils quittent leurs doux et abondants cimetières, c’est pour la guerre !
La hache fut déterrée et rapidement tournée vers la gueule du dragon, Spades annonçant d’emblée après la première attaque de Meren que ce champ de bataille verrait tomber Prossh aux dégâts de son commandant, pour se venger de toutes ces parties où le Pillard lui déroba la victoire ainsi.

Nekusar rattrapa très vite le départ de la Shamane Golgari avec l’une de ses cartes favorites le Lim-Dûl’s Vault.

Tous patientèrent. Une fois, deux fois… la troisième fut-elle la bonne comme on dit ? NON ! Loin de là avec notre exigeant Grixis. Ayant pris le compteur de notre cher ami afin de l’aider à aller plus vite, je me fis le plaisir de lui retirer une bonne dizaine de point de vie l’un après l’autre ! Mais à son expression enfin ravie lorsqu’il arrangea son tas de cinq cartes, et connaissant la malice du personnage, je me mis à craindre le pire…
Et j’avais raison ! Ce que je vis très vite, et ce avant tout le monde avec un top deck relevant du Miracle (pour une fois pas la capacité), avec la pioche de la carte suivante que vous donne en mille ;

Cette douce créature permis de sélectionner l’une des quatre cartes qu’il avait tant chéries à placer sur sa bibliothèque, d’abord avec la douce Liliana’s Caress, un land, l’horrible Waste Not (l’écologie, c’est bien, mais pas en mono noir et encore moins en multi !), et pour couronner le tout, une roue avec Windfall. Les trois délaissées partirent, au grand grand dame de leur propriétaire, en dessous de la bibliothèque. Les derniers rires et la larme de Nekusar retombés, la partie repris.

Prossh, menacé par la déclaration de guerre de Meren, jeta son dévolu sur le pauvre cimetière (deux cartes) du deck Golgari, de peur de voir réapparaître un arbre abatteur d’enchantement et d’artefacts :

Et lorsqu’on parle d’enchantement, Meren riposta avec un Dictate of Erebos qui neutralisa le début de board des autres joueurs, notamment celui de Kadina qui ne put profiter qu’une fois de sa mue et dont la déception fut grande de ne pouvoir même pas retourner sa première carte Stratus Dancer qui pouvait contrecarrer plus d’un plan, mais pas celui de cette shamane d’Expérience cette fois ci !

Allégée des menaces de ses adversaires, Meren lança la carte prise à Nekusar avec Gonti, Lord of Luxury, proposant une menace d’envergure au deck Grixis dont la mécanique tourne aux roues, aux roues, et encore aux roues ! Mais là, surprise ! Et non, pas de Père Noël tombant dans le feu de la cheminée, mais un Maxou qui s’empresse de faire une Cyclonic rift sans même la surcharger, sautant sur l’occasion de récupérer son précieuuuux qui lui avait été volé ! Il s’en servit de suite à son tour, trop tenté par les pouvoirs du seigneur obscure, et nous fit tous sombrer avec lui dans les ténèbres avec une roue lui donnant un avantage considérable sur un effet propagé à 4 adversaires ; de la pioche en veux-tu en voilà, une bonne dizaine de zombies n’en veux tu pas les voilà quand même, et au moins tout autant de mana. Mais tant qu’à jeter son âme au mal, autant le faire bien avec un tour supplémentaire en utilisant ses manas pour lancer Temporal Mastery. Le sournois, le petit filou me direz vous. Je n’en pensai pas moins lorsqu’il envoya à la charge sa horde de zombie, qui pouvaient désormais attaquer, sur ma belle Meren.

Dur à défendre avec alors que quelques créatures sur son board, le deck Golgari passa à moins d’une vingtaine de points de vie. Les représailles se firent sentir de suite avec un lancement d’Abrupt decay tiré dans les nouvelles cartes suite à la roue. Lourd sacrifice, mais le Waste Not n’était plus !

Peu après les morts de cette escarmouche enterrés, Kyubito se lancera dans une petite série de copies de magiciens de son cimetière avec la capacité de son commandant, profitant des leurs effets d’arrivées en jeu pour se remettre un peu à flot pendant un temps. Après quoi, Mugen sortit lui aussi un Dictate of Erebos, faisant rouler des yeux Kyubito sur la répétition de ce cauchemar, et fermer ceux de Flavio, pas encore assez habitué à voir autant d’horreur se dérouler sous ses yeux (ou alors était-ce la fatigue éprouvée sur cette longue partie ? Peut-être bien les deux !).
Sur les conseils du propriétaire de Nekusar, Meren préfère soulager l’assistance de l’enchevêtrement de trigger des deux enchantements et joue Flood of Tears, une autre carte volée avec amour à son adversaire par son Gonti, Lord of Luxury réanimé par la nécromancie Golgari !

Alors qu’Inalla et Kadina perdirent espoir de rattraper cette partie, que Prossh rotait encore son repas goûteux de Meren à la partie d’échauffement, une
Fauna shaman permit à cette dernière de cherche un Woodfall Primus qui commença à casser les dernières menaces hors créatures de ses adversaires.

Après un dernier élan de résistance, des supplications vaines de se faire abattre d’une autre façon par les autres joueurs de la table, Prossh succomba de la façon que Meren lui avait promise, avec une dernière claque de commandant, mais pas des moindre suite à l’emblème de Garruk, Cursed Huntsman. Inalla et Kadina abandonnèrent, et Nekusar périt après Prossh. Ravie, la shamane emporta la tête du dragon pour l’accrocher à l’entrée de son cimetière, et scella une nouvelle fois la crypte du zombie. Cette partie fut donc celle des vengeances pour Spades, mais qu’allait-il en être de la suivante ?
Kyubito et Flavio nous abandonnèrent, préférant le repos après la bataille que de se risquer sur une nouvelle guerre de plusieurs heures !

Mugen lança la partie avec un Plume en T4 n’ayant pas eu sa couleur dès le T3. Son expression se figea après l’explication de Spades lorsqu’il sortit son enchantement juste après : Aurification. Le risque que son cher petit ange agressif se retrouve transformé en mur le fit se diriger vers l’autre commandant Esper de la partie. Dans le camp de ce dernier, Maxou sortie une Smothering Tithe.

Que de bons tours 4 ! Anthony nous fit découvrir ensuite sa tresse de feu, non pas ses cheveux voyons, cette Braid of Fire. Cette partie allait promettre vue son départ ! Départ qui vit bientôt partir notre cher ami des angelots après qu’Oloro ait placé un Imprisoned in the Moon sur Plume. “Mais… Mais je ne peux plus rien faire !” s’exclama-t-il. Les deux joueurs Esper lui rétorquèrent malicieusement qu’il avait un land de plus.

Après un tour à compter son commandant dans ses Lands, une phase d’attaque sortie de nulle part est lancée par le Boros avec Zada, Hedron Grinder et Dreadhorde Arcanist qui venaient d’arriver et se firent booster par Samut’s Sprint, tout scry dessous. Oloro accepta sans broncher sa dizaine de dégâts, qui le firent retomber à son niveau de départ avec ses gains depuis le début de partie. Voyant que son sort ne reviendra pas sans son Plume, comme tous les autres, la déprime envahit pour la seconde fois Mugen qui préféra concéder et s’exiler (sans même un Path to Exil) dehors pour écouter des chansons tristes d’Evanescence…

Esper contre Esper, cancer contre cancer dirons certains !

Après une première Wrath d’Oloro alors que Alela faisait un début de bord, Maxou reprit rapidement, boosté par sa Smothering Tithe et ses trésors. Il relança le combat à la charge contre Oloro, toujours spectateur sur son trône. L’aurification était encore présente et le freinait cependant, l’empêchant d’utiliser son commandant pour attaquer au risque de perdre son pouvoir d’appel des fées, sa solution pour frapper. Doucement mais sûrement. Trouvant enfin une solution dans sa pioche, Maxou se débarrassa du bord adverse avec un multiple bounce, Banish into Fable.


Trop de cartes en main Oloro se défausse de l’Aurification, puis Wrath une nouvelle fois le bord.
Arrivé autour des 14 trésors, Maxou transforme sa Treasure Map, qui en fit ainsi 3 de plus, mais surtout lui assurait une pioche supplémentaire à chaque étape de dégagement. Très vite relancé à la charge, cette fois avec d’autres tokens, tirés de son Thopter Spy Network, le deck Esper artefacts relança ses assauts. Oloro confortablement posé sur son trône canapé en eu assez d’être perturbé chaque tour dans son visionnage du match de foot. Qui plus est, par des attaques de minuscules bêtes sur son corps de géant ! Réponse radicale avec un Glacial Chasm pour refroidir toutes ces ardeurs, et sa bière au passage ! Parce que quelques points de vie, ce n’est rien comparé au plaisir de savourer tranquillement une bière bien fraîche pour ce vieux soldat.


Une Liliana Vess suivit et permit un tuto à Oloro avant de mourir sous les coups d’un terrible mécanoptère 1/1 blindé d’équipements !
Piochant la carte placée sur son deck, Sanguine bond arrive le tour suivant sur le board du géant.
Maxou décide alors de se wrath lui même son board pour piocher sur le Skullclamp équipé à l’une de ses créatures. Mais vint directement Exquisite blood complétant le combo côté Oloro, mettant mat Maxou, qui cherchera une solution pendant son tour, et abandonnera sachant que même si une lui venait, le Hall of Heliod’s Generosity pouvait faire revenir ces enchantements du cimetière.

Et oui, Oloro est souvent spectateur. En permanence en train de regarder un match de foot à la TV, bien installé dans son trône une bière à la main, mais ses pulsions sanguinaires deviennent incontrôlables lorsqu’il zappe et tombe sur un épisode My Little Pony !

Merci à ceux qui étaient présents pour ces parties, à ceux qui ne l’étaient pas mais qui auront pris part par procuration aux batailles en lisant cet article, et à très bientôt pour de nouvelles batailles !

Je vous rappel le fonctionnement des points :

  • Présence à la soirée : 2 pts
  • Ressortir vainqueur : 5 pts
  • Ressortir entre 4 planches : 1 pts

Et voici donc le nouveau classement :

Comme promis, les règles du Fight Club :
https://cinema.linternaute.com/forum/affich-17383-quelles-sont-les-regles-du-fight-club

Spades

De Spades

Joueur tranquille

Laisser un commentaire